O

le Traenkbach – déversoir de la Doller

Mulhouse entretient dès son origine un lien privilégié avec la nature. D’ailleurs, selon la légende, l’eau serait à l’origine de la naissance de la ville.



Le nom Mulhouse est l’adaptation française du nom Mülhausen en allemand (Mühl : moulin et Hausen : maisons), soit les maisons du (ou aumoulin.

Si elle a longtemps souffert d’une surabondance d’eau, qui explique un peuplement tardif – au 9e siècle -, Mulhouse en a ensuite fortement tiré parti.
Celle-ci a ainsi participé au système de défense de la ville, avant de concourir au développement industriel, que ce soit grâce à la présence de la Doller et de l’Ill, cours d’eau abondamment utilisés dans le processus textile, ou grâce au canal du Rhône au Rhin, qui a permis l’acheminement des matières premières.
L’aménagement du canal de décharge a permis l’urbanisation du nord de la ville en rendant constructibles des terrains jusque-là inondables : ce fut la construction de l’emblématique cité ouvrière.



Les ouvriers peuvent accéder à la propriété et toutes les maisons offrent un confort remarquable pour l’époque : évier dans la cuisine, WC sur fosse pour chaque logement, égout. Les espaces publics sont aménagés grâce à la subvention de 300 000 francs offerte par Napoléon III

Bains et lavoir de la Cité.

L’eau chauffée par DMC – entreprise Textile crée par JH Dollfus – offre le confort de bains et d’un lavoir aux ouvriers résidant dans la Cité.

Un établissement de bains est crée par Mr Chéret en 1858, faubourg de Colmar. Agrandi en 1861 puis acheté par la ville en 1881, il fut fermé en 1925 alors que s’ouvrait la nouvelle piscine municipale, aujourd’hui rue Pierre et Marie Curie.
Douche froide, douche chaude, douche écossaise : il était possible d’y prendre toutes sortes de bains !

Créés en 1876 par Fritz Kretz, les bains du Rhin sont alimentés par l’Ill et, via le canal de jonction, par le canal du Rhône au Rhin, ce qui explique leur dénomination. Ce sont les premiers établissements de bains en plein air
ouverts à Mulhouse. Ils comprenaient alors deux bassins de natation ainsi qu’un restaurant fonctionnant toute l’année.

C’est près de l’usine de constructions mécaniques (à l’époque SACM) que s’ouvrent, dans les années 1880, les premiers bains de plein air sur l’Ill. Au début du 20e siècle, ils sont trois à se succéder le long de la rivière dans sa partie mulhousienne. Les derniers situés près du pont chinois ferment en 1963 suite à l’ouverture de la piscine de l’Illberg.

sources :
L’habitat populaire, marque de fabrique mulhousienne Conseil consultatif du patrimoine mulhousien
Parcours patrimoine Mulhouse métamorphoses Ville de Mulhouse
Mulhouse Mémoire en images Eliane Michelon ed Sutton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :